IMPOTS / ABATTEMENTS FISCAUX
ABATTEMENT > JOURNALISTES
JOURNALISTES
Journalistes, critiques et reporters évoluant dans le milieu de la presse ne jouissent pas toujours d'avantages intéressants en ce qui concerne leurs revenus annuels. Si le métier procure à ceux qui l'exercent moult frissons et sensations en tout genre, il n'en reste pas moins qu'au niveau salarial, ce n'est pas toujours la joie. Les pigistes, notamment, auraient beaucoup à en dire… Mais tout n'est pas si sombre dans l'univers financier du journalisme…
Journalistes

Le milieu journalistique, on le sait, a été lésé de quelques déductions forfaitaires avantageuses depuis les dernières années. Certains journalistes pouvaient même alors appliquer des abattements supplémentaires allant jusqu'à 30 %. Aujourd'hui, ces petits cadeaux n'existent plus et le taux d'abattement forfaitaire est fixé à 7 650 € (2009).

Cette allocation pour frais d'emploi est valide pour les journalistes et assimilés. Ils peuvent donc soustraire ce montant de leur revenu imposable total. La question qui se pose alors est celle-ci : mais quels sont les métiers considérés comme appartenant à la carrière journalistique ? Dans l'article 81 du Code général des Impôts, on trouve la notice identifiant les professions journalistiques. On considère dans cette catégorie : les journalistes, les rédacteurs, les directeurs de journaux, les critiques dramatiques et musicaux, les photographes.

Pour bénéficier de cette déduction forfaitaire, il faut ainsi pratiquer l'une des professions énumérées ci-dessus. Cette profession pourrait ne pas être l'activité principale du contribuable. Il pourrait en effet exercer parallèlement un autre métier et son activité journalistique pourrait être intermittente ou occasionnelle. La seule preuve exigible réside dans la mention de l'activité journalistique sur la fiche de paie ou le bulletin de paie et que l'employeur soit assujetti à une quelque convention collective de la presse.

Aussi, en ce qui concerne la carte d'identité professionnelle de journaliste, une précision doit être apportée d'emblée : elle ne constitue pas une preuve de la nature effective du métier de journaliste. Elle ne présente donc aucune valeur pour l'obtention du droit à la déduction forfaitaire.

Un journaliste ne possédant pas de carte d'identité professionnelle de journaliste, mais pouvant prouver par le biais de ses fiches de salaire une activité journalistique continue pourra bénéficier en revanche des avantages de l'abattement de 7 650 € sans plus de justificatif.

Dans le cas des pigistes, l'allocation pour frais d'emploi pose parfois problème, particulièrement lorsque le pigiste perçoit des revenus irréguliers issus d'entreprises de presse et d'entreprises autres, avec un cumul des salaires et des indemnités Assedic. Dans ces conditions, si vous êtes soumis à un redressement fiscal sur la base d'une application proratisée de l'allocation pour frais d'emploi, il vous faudra contester cette mesure en exposant vos revendications à l'adresse du conciliateur fiscal départemental.



Crédit en ligne

ABATTEMENT > JOURNALISTES